Irrégularités au CCAS de Lomme: Martine Aubry compte porter plainte

La droite lilloise a invité Lomme dans les débats du conseil municipal, lundi soir. Après les révélations sur la gestion hasardeuse du centre communal d’action sociale de la commune associée de Lille, l’opposition emmenée par Christian Decocq a forcé Martine Aubry à préciser la position de la ville. Une position ferme, qui conduira au pénal.

munici_44.JPG

Source: La Voix du Nord

Le vent mauvais qui balaie le centre communal d’action sociale de Lomme pouvait-il, comme le nuage de Tchernobyl, s’arrêter aux frontières lilloises ? Non, a jugé Christian Decocq, le chef de l’opposition à Martine Aubry.

Les révélations, dans « La Voix » de samedi, d’un déficit d’un million d’euros et de possibles détournements de fonds publics au sein de la structure municipale ont frappé l’élu UMP. Mais pas autant que la réaction du maire de la commune associée, Roger Vicot, « pas à la hauteur de la gravité de la situation » selon Christian Decocq. Lequel reproche à l’élu socialiste de s’être borné à un « signalement » au procureur de la République, quand la situation exigeait une réponse autrement musclée.

La droite lilloise dépose donc un vœu, enjoignant à Lomme et Lille d’engager une action pénale par un dépôt de plainte et une constitution de partie civile à l’encontre de la directrice du CCAS, suspendue depuis février et convoquée devant le conseil de discipline le 31 mai. « Il n’y a pas de démagogie, j’espère que vous ferez voter ce vœu », lance Decocq.

« Sans ambiguïté »

Deux heures plus tôt, ce n’était pas gagné. En conseil privé, le maire avait tenté de persuader son opposant de retirer son texte. En vain. Martine Aubry a donc retourné la situation à son avantage, et clarifié la position de la ville. Pleinement solidaire de Roger Vicot, salué pour sa réactivité, la socialiste affirme que le parquet a été informé dès février et officiellement saisi par le maire de Lomme le 8 mars.

« Dès que le dossier (constitué par la mairie sur la gestion du CCAS) sera prêt, nous déposerons plainte et nous nous porterons partie civile », tranche l’édile. Prenant acte de cette « réponse sans ambiguïté », Christian Decocq retire son vœu. Le nuage n’aura fait que passer. Reste à guetter ses retombées.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s