Flandre : après celui de Bailleul, le petit Jésus du mont des Cats dérobé


Après Bailleul, c’est le Petit Jésus de l’église Saint-Bernard au mont des Cats qui a été volé.

Décidément, cela ressemble à une mauvaise série. Au lendemain de Noël, ce n’est pas un mais au moins deux petits Jésus qui ont été dérobés dans des crèches de Flandre. On vient d’apprendre que celui de l’église Saint-Bernard, au mont des Cats, avait également disparu.

Source : La Voix du Nord

Cet enfant Jésus-là, contrairement à celui de Bailleul, n’avait a priori pas de grande valeur financière. La crèche, exposée au pied de l’autel dans la petite église Saint-Bernard qui borde l’abbaye du mont des Cats, a été réalisée il y a quelques années par une dame.

Mais la valeur sentimentale était forte. Et l’abbé Thomas Vercoutre, le curé de la paroisse, semble encore tout retourné de cette disparition : « Nos églises sont ouvertes pour le recueillement. C’est toujours dommageable que ces événements se déroulent dans un lieu sacré. Cela a toujours quelque chose de choquant. »

Un nouveau Jésus fabriqué en quelques jours

Le méfait semble avoir eu lieu quasiment au même moment qu’à Bailleul, peut-être même avant, puisque c’est le 26 décembre que l’absence a été découverte. « On m’a dit : L’enfant Jésus de la crèche est parti », raconte l’abbé. C’est François Vandycke, membre de l’équipe d’animation paroissiale, qui s’en est rendu compte : « Le soir de Noël, j’avais fermé l’église. Le lendemain, je suis passé et je l’ai vu. J’ai tout de suite pensé à un vol. Les gens s’interrogent…» Un nouveau Jésus, fabriqué en terre glaise par le neveu de François Vandycke, devrait être réinstallé pour l’Épiphanie.

Contrairement à Bailleul – où le petit Jésus fait en biscuit de porcelaine était estimé à environ 300 € –, l’abbé ne compte pas, à ce jour, porter plainte. Ni fermer l’église. « C’est bien de la laisser ouverte, il y a beaucoup de passages, beaucoup de touristes au mont des Cats », note-t-on au sein de l’équipe d’animation paroissiale.

Des vols plus courants ?

Un lien entre les deux vols ? « On peut tout imaginer », soupire François Vandycke. « Sans faire de rapprochement, c’est quand même très curieux que deux enfants Jésus disparaissent si proches », s’interroge l’abbé Thomas Vercoutre. Néanmoins, souligne l’homme d’Église, « ce genre de forfaiture est déjà arrivé dans la région, notamment dans le Dunkerquois. Ça reste toujours un choc sur le coup mais les vols de santons, ce n’est pas quelque chose de nouveau».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s