Roubaix: climat tendu et incidents à répétition depuis les attentats

Un tag de dix mètres de long justifiant l’attentat visant la rédaction de «Charlie Hebdo» a été inscrit sur un mur du centre-ville. Photo Ludovic MaillardVDN

Depuis les attentats, les incidents se multiplient dans la ville où règne un climat particulièrement tendu. Tag justifiant les attentats, propos faisant l’apologie du terrorisme et colis suspect ont été recensés ces derniers jours. Au point que des policiers municipaux ont fait valoir leur droit de retrait.

Source : La Voix du Nord

Un tag justifiant les attentats

Dans la nuit de vendredi à samedi, un tag de 10 mètres de long sur 2 mètres de haut justifiant l’attentat commis contre la rédaction de Charlie Hebdo a été inscrit sur un mur du centre-ville. L’inscription nauséabonde a rapidement été effacée. Mais d’autres incidents ont eu lieu depuis.

Minute de silence perturbée

Une minute de silence, observée dans la cour du commissariat central, à la mémoire des victimes des attentats, a été perturbée par des passants au cri d’« Allahu akbar ».

Des « Charlie » agressés

Samedi, un groupe d’amis souhaitant participer à la manifestation de soutien aux victimes des attentats emprunte les transports en commun pour rejoindre la marche à Lille. Vers 13h, à Eurotéléport, un Hémois tient dans ses mains une affiche « Je suis Charlie ». C’est alors que le jeune homme est pris à partie par un groupe d’individus. S’ensuit une bagarre au cours de laquelle la victime est frappée au visage. L’agresseur principal, un Roubaisien de 15 ans est interpellé. En garde à vue, il a nié les faits, expliquant qu’il avait juste voulu lire l’affiche. L’adolescent est convoqué devant un juge pour enfants.

Apologie du terrorisme

Lundi, vers 18 h 15, lors d’un contrôle, un jeune âgé de 20 ans s’énerve. « Je vais vous fumer ! Les attentats, c’est pas fini. On va faire péter la France. » Placé en garde à vue, le mis en cause a été jugé en comparution immédiate mardi après-midi au tribunal de grande instance de Lille. Il a reconnu des propos « débiles » tenus dans le but de « vexer » les policiers. Décision : 140 h de TIG et stage de citoyenneté.

Un sac « oublié » dans un bus

Arrêt de la Fosse-aux-Chênes, à Roubaix, lundi soir. Trois jeunes garçons descendent d’un bus Transpole. Ils lancent au conducteur : « On t’a laissé quelque chose ! » et s’enfuient. Le chauffeur continue son périple jusqu’à la gare, quartier de l’Alma. Des passagers l’alertent qu’un sac abandonné est posé dans le fond du bus. Un large périmètre de sécurité est installé. Le métro, la gare et les commerces alentour sont fermés par précaution. Fausse alerte. Lors de cette découverte, des policiers municipaux en service ont fait valoir leur droit de retrait au moment de prendre la relève de la police nationale. Inquiets de la situation à l’approche de la Coupe d’Afrique des Nations (qui débute lundi), traditionnellement génératrice de débordements lors des matches de l’Algérie, ils ont tenu à rencontrer le maire et réitéré leur souhait d’être armés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s