L’État ne donnera plus un sou au conservatoire de Tourcoing

conservatoire Tourcoing 03.JPGL’État va supprimer sa subvention au conservatoire de Tourcoing. Cette baisse de financement va-t-elle entraîner la fermeture de l’établissement qui a plus de deux cents ans ? Le député-maire l’a évoqué mais cherche aussi une solution intercommunale pour que la musique subsiste à Tourcoing

Les instruments du conservatoire vont-ils jouer en sourdine ? L’État, par la voix de la directrice des affaires culturelles (DRAC), vient d’annoncer que l’État ne subventionnerait plus les conservatoires en 2015, hormis celui de Lille. « Le choix s’est fait en 2014 de ne maintenir le soutien de l’État qu’aux conservatoires qui participent à un projet de pôle d’enseignement supérieur. » Ceux-ci (dont celui de Lille) représentent une poignée parmi les 148 structures en France.

Depuis plusieurs années, l’aide de l’État est en baisse. Jusqu’en 2011, la participation du ministère de la Culture s’élevait à 204 615 € (pour un budget de 2,1 millions d’euros). En 2014, après une baisse de 45 %, la subvention était tombée à 73 215 €.

Déjà l’an passé, la ville avait dû se battre pour préserver son agrément départemental ; aujourd’hui il joue sa survie. « Avec la fin des aides de l’État, il y a deux solutions, si l’État ne revient pas sur sa décision, la disparition pure et simple ou la mutualisation des structures, notamment avec le conservatoire de Roubaix. Plutôt que de supprimer des moyens, j’aurais préféré un lissage sur l’ensemble des structures », explique Gérald Darmanin, député-maire.

Une réflexion avait déjà été engagée pour mutualiser les moyens des écoles de musique, dont les crédits sont également en baisse depuis 2010. Aujourd’hui les conservatoires pourraient entrer dans la ronde de la mutualisation pour assurer leur survie.

10 % du budget

Un proche du conservatoire est très clair sur les conséquences de la baisse de financement. « La perte de 10 % du budget, c’est un risque d’une baisse de 10 % des enseignants soit cinq postes sur les cinquante, sauf à faire des coupes dans d’autres lignes budgétaires. Le risque est la suppression de certains enseignements. »

Qu’en sera-t-il demain de la classe de jazz, des classes à horaires aménagés, des manifestations proposées par le conservatoire et dont certaines comme le concert de Noël ont déjà disparu ?

Le député-maire Gérald Darmanin a déjà interpellé Fleur Pellerin, la ministre de la Culture sur le sujet. Il proposera un vœu au prochain conseil municipal pour qu’elle revienne sur ses choix budgétaires. « Les conservatoires proposent à tous un enseignement de la musique, de la danse et du théâtre de grande qualité. Ce sont aussi des lieux d’une réelle mixité sociale, où les politiques qui visent à rendre l’excellence accessible à tous se sont avérées efficaces. Les conservatoires sont aussi des porteurs de nombreux projets pédagogiques, en particulier dans le temps scolaire en lien avec l’Éducation nationale. »

945 élèves suivent les cours du conservatoire de Tourcoing qui intervient auprès de quelque 4 200 scolaires.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s