Un libraire lillois affichant le drapeau de Daech condamné pour apologie du terrorisme

219770306_B974738528Z.1_20150209180929_000_G283UVJPT.1-0.jpg

Le 2 février, le procureur avait requis un an de prison et l’interdiction d’exercer pendant cinq ans contre le libraire du 230 rue des Postes à Lille, prévenu d’apologie du terrorisme. Ce lundi, après une semaine de délibéré, le tribunal de Lille a condamné l’homme de 58 ans à un an de prison avec sursis et un an d’interdiction d’exercer.

Source : La Voix du Nord

Le rideau de la librairie orientale du 230, rue des Postes est baissé depuis le 16 janvier. Ce jour-là, un automobiliste pris dans les embouteillages s’émeut de drapeaux noirs qui ornent la devanture. La police interviendra en fin d’après-midi. Le libraire est arrêté et sa boutique fouillée. Le magasin tient à la fois de la librairie et du bazar dans lequel on trouve indifféremment des livres, des tenues traditionnelles, des tapis de prière musulmans ou… des boules à neige aux couleurs de la Mecque.

« Je suis Ben Laden »

À Lille, M. Barek C. passe pour un original comme en témoigne sa longue barbe aux reflets jaune orangé. L’homme est aussi connu pour un franc-parler qui va prendre une drôle de tournure lorsqu’il répond aux questions de policiers. Au moment de décliner son identité, il leur lance « J e suis Ben Laden ». Il expliquera devant le tribunal qu’il ne s’agit que d’un surnom donné dans son quartier.

De l’humour maladroit ?

Pour Me Charles-Cogniot qui plaide la relaxe le 2 février, ces propos sont au pire de l’humour maladroit. Ce n’est pas l’avis du procureur Michel Isbled pour qui les faits d’apologie du terrorisme sont constitués. La discussion se cristallise autour des drapeaux retrouvés dans la librairie : des drapeaux noirs avec une inscription blanche en arabe et un autre ressemblant à l’emblème de Daech mais aux couleurs noir et blanc inversées. À la barre, M Barek C. répond avec force circonvolutions aux questions pourtant précises du président René Zanatta. « Ce sont avant tout des drapeaux religieux. Si Daech ou Al Quaïda les ont repris, ce n’est pas de ma faute » clame le prévenu qui entortille chacune de ses réponses de telle façon qu’au final on ne comprend plus vraiment ce qu’il pense : « Je suis d’accord avec les idées de Daech mais je ne suis pas d’accord avec leurs actes de terrorisme ».

Le libraire a un autre argument : « Je ne fais l’apologie de personne, je suis commerçant ». Et d’expliquer qu’il a vendu nombre de ces drapeaux utilisés par Daech : « En jaune, en rouge ou en bleu ». Le tribunal a jugé le libraire coupable mais a réduit la peine à tribunal de Lille à un an de prison avec sursis. Me Charles Cogniot recevra son client mardi et n’exclut pas la possibilité de faire appel.

Le futur de la librairie

En attendant, le libraire ne peut ni gérer la librairie ni même y travailler pendant un an.Pas sûr néanmoins que la boutique ferme : M. Barek C. l’avait souligné devant le tribunal avec fierté. Il a une grande et belle famille.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s