Vers la féminisation ? Quand la cantinière joue au Tambour-Major, la confrérie se rebiffe…


Charlotte 2 amené la bande avec brio et autorité, dimanche, à Warhem, mais elle n’a pas été intronisée par la confrérie des tambours-majors...
VDN

La Confrérie des tambours majors du carnaval de Dunkerque a vivement réagi à la présence de Charlotte II en tête de la bande de Warhem, dimanche. Une polémique bien futile au milieu de la fête du carnaval.

Source : La Voix du Nord

Au départ, nous avons cru à une plaisanterie, une intervention au second degré bien dans l’esprit du carnaval. Une forme de non sens au caractère absurde. Mais non, en parcourant les lignes, il a bien fallu se rendre à l’évidence : le ton inquisiteur du courrier ne devait rien à la dérision.

Objet de la colère (non feinte) de la très (trop ?) sérieuse Confrérie des tambours majors du carnaval de Dunkerque (CTMCD) : la présence (ô combien scandaleuse !) de Charlotte II, en meneuse de bande à Warhem, dimanche. Cantinière de Jacquot 1er (qui n’est autre que son grand-père) depuis l’âge de 8 ans, elle a perpétué la tradition familiale quand son aïeul fut empêché par des problèmes de santé. Un passage de relais qui n’a pas fait de vague dans la commune mais qui a causé un tsunami à Dunkerque.

« L’association Warhem en fêtes avait déjà été informée des démarches à suivre en cas de remplacement ou d’intronisation d’un nouveau tambour-major, a indiqué par courrier la CTMCD. Elle n’a donc en aucun cas le droit de nommer et de mettre en place, seule, un tambour-major qui de plus n’est pas membre de la confrérie. La CTMCD s’est donné pour mission de faire respecter les règles et traditions du carnaval et s’est dotée d’armes juridiques afin de réguler l’utilisation de ses marques. » Les statuts ont d’ailleurs été déposés auprès de l’INPI (1). Les tambours-majors ont un gros bâton (comme les gendarmes) et ils sont bien décidés à s’en servir. Ils préviennent : « La CTMCD demandera des comptes à cette association, afin de faire valoir ses droits. »

Contactés ce vendredi, les responsables de Warhem en fêtes tombent des nues. « Le passage de témoin a été opéré cet été dans le cadre de notre petite association communale, indique Eric Vandaele, président. Nous sommes dans notre village et il nous semble que nous pouvons décider de ce qui nous convient. En septembre, cette confrérie nous a contacté et ce furent quasiment des menacesVisiblement il fallait demander la permission à ces gens-là. » En témoignage de leur bonne foi, les membres de Warhem en fêtes veillent depuis à ne pas appeler Charlotte tambour major mais meneuse de bande. Et ils sont bien décidés à continuer à faire la fête. Comme ils l’entendent.

(1) Institut national de la propriété industrielle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s