Départementales: le FN loin devant dans le Pas de Calais, la gauche perd le Nord

POLITIQUE-ELECTIONS DEPARTEMENTALES-PAS DE CALAIS-ARTOIS

La nouvelle carte régionale va du bleu au bleu marine, avec quelques poches de rose/rouge au soir du premier tour de ces élections departementales. Le FN arrive en tête dans nombre des 80 cantons en jeu pour ce scrutin dans le Nord – Pas-de-Calais. L’UMP est en passe de gagner le Nord et le PS se situe à un niveau anémique.

Source : La Voix du Nord

La gauche perd le Nord

C’est fait : le PS, et son allié communiste au Département abordent le second tour perdants, comme en 1992. Eliminés de 23 cantons dès le premier tour sur 41, recueillant un famélique 22 % dans ce qui fut autrefois un de ses bastions, le PS laisse échapper le Nord. La norme, dimanche prochain, ce sera des duels FN- UMP/UDI (22). Il y aura par ailleurs 8 duels PS ou Divers gauche-FN, 2 duels PS-UMP/UDI (le canton de Patrick Kanner à Lille et celui de Didier Manier à Villeneuve d’Ascq) 4 duels FN-PCF/Front de gauche.

Le FN et l’UMP-UDI sont aux coude à coude en voix, autour de 30 % des suffrages avec un FN légèrement en tête, mais il ne fait guère de doute que les socialistes battus appeleront ici à voter pour la droite républicaine dans la plupart des cantons où ils sont éliminés. Il y aura en outre 4 triangulaires, à Armentières, Bailleul ou encore Lille 6 (Lomme-Les Weppes).

Au total, le FN se maintient dans 38 cantons sur 41 dans le Nord. Le PS résiste uniquement dans la métropole Lilloise, ce qui ne consolera guère toutefois Didier Manier qui n’aura été président du département que six petits mois.

Dans le Pas de Calais, le FN s’installe.

C’est désormais une habitude, de scrutin en scrutin : le Front national voit son assise se conforter dans le Pas de Calais. Le FN arrive en tête dans 22 cantons sur 39 dans le Pas de Calais. Le FN recueille 35,5 % , s’imposant comme la première force politique du département en voix. Ainsi à Wingles, le binôme FN est devant le binôme PS à 43,05 contre 23,69. Le FN manque l’election dès le premier tour de peu à Hénin-Beaumont 2, et se présente en position de force également à Lens notamment.

Le PS est loin derrière avec 26 % des voix en comptant les binômes constitués avec d’autres alliés de gauche. A Noeux les Mines, le président sortant du Conseil général, Michel Dagbert ne devance son concurrent FN que 11 petites voix, le binôme de l’union de la droite faisant figure d’arbitre de la confrontation de dimanche. A Calais, la gauche disparait un peu plus des écrans radars, au profit des binômes de droite et du FN.

A ce stade, on sait aussi qu’il y aura 13 triangulaires possibles dans ce département, à Lumbres, Longuenesse ou à Fruges, ou encore dans les trois cantons d’Arras, entre candidat de gauche, de droite et du FN, à moins d’un désistement d’un des deux premiers, comme c’est déjà le cas à Avesnes le Comte où la candidate socialiste se retire. 

La configuration nouvelle du département dépendra donc largement des positions prises par les candidats de droite en vue de la vingtaine de duels gauche/FN et où ils ont été éliminés. A la marge, on dénombre aussi 4 à 5 duels FN-UMP/UDI pour lesquels la gauche devra aussi se positionner.

La question pour la semaine prochaine : combien d’élus FN dans la nouvelle assemblée departementale à Arras ?

Dès le premier tour…

Dans le Nord, celui qui sera peut-être le nouveau président du conseil général du Nord dans quelques semaines, Jean-René Lecerf avec Isabelle Frémaux, est confortablement réélu au département, un peu plus d’un an après l’avoir quitté pour tenter sa chance à la mairie de Lille.

Dans le Pas de Calais, Bertrand Petit et Sophie Warot Lemaire, sont les seuls socialistes de la région élus dès le premier tour, dans le canton de Saint-Omer.

Des grands perdants et des personnalités en difficultés.

A Roubaix, Renaud Tardy, vice-président PS sortant du conseil général est battu et éliminé dès le premier tour. C’est le premier adjoint de la droite municipale qui a emporté la mairie l’an dernier, Max-André Pick, avec Karima Zouggagh qui arrive en tête devant le FN. A Armentières, Bernard Haesebrouck, futur-ex grand argentier du département du Nord, est pris dans une trianglaire compliqué qu’il aborde en 3e position face à l’UMP-UDI et au FN. A Tourcoing et alentours, les candidats de gauche ont litteralement disparu au profit du FN d’un paysage occupé depuis un an par le député-maire UMP Gérald Darmanin. Le communiste Fabien Thiémé, indéboulonnable à Marly est éliminé dès le premier tour lui aussi.

La participation : le Nord aux abonnés absents, le Pas de Calais un peu plus civique

Difficile de comparer ce scrutin avec le précédent. En 2011, on n’avait voté que dans la moitié des cantons du Nord et du Pas-de-Calais. C’est néanmoins un peu meilleur cette année qu’il y a quatre ans avec une participation de 46,82 % dans le Nord (40,22 % en 2011) et de 51,52 % dans le Pas-de-Calais (46,37 % en 2011), confirmant l’habitude civique bien implantée dans le 62.

Si l’on compare avec les élections européennes de l’an dernier, on voit que le Nord rebondit. En juin 2014 en effet, il y avait eu 40,31 % de votants (chiffre définitif). Idem dans le Pas de Calais où seuls 42,88 % des votants s’étaient déplacés il y 9 mois.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s