Les voisins de la famille harcelée: «Ils jettent des briques, ils crient, ils nous embêtent»


Béatrice, 71 ans, dont 69 dans le quartier, raconte... Photo Ludovic Maillard
VDN

Il y a Béatrice, une vieille dame en colère « qui n’a pas peur » et beaucoup d’anonymes. Tous confirment que la rue Desaix et ses alentours sont, depuis trois ans environ, perturbés par des jeunes qui squattent.

Debout sur le pas de sa porte, robe à fleurs et lunettes d’acier, Béatrice, 71ans, raconte : « Ils sont une dizaine qui squattent l’entrée de la rue depuis trois ans environ. Ils jouent au ballon dans la rue, jettent des briques, ils crient, ils nous embêtent. Au départ, ils s’en prenaient surtout à la maison voisine de la famille. La pauvre fille, elle en a vu de toutes les couleurs mais, en même temps, elle les a hébergés. Je suis allée la voir plein de fois, cela n’a rien changé. Maintenant, ils ont pris un autre bouc émissaire. »

Source : La Voix du Nord

Non, la vieille dame n’a pas peur d’eux : « Mon fils veut me faire déloger mais c’est mon quartier depuis 69ans ! Je vais pas partir maintenant. » De toute façon, explique Béatrice, elle a de quoi se défendre, indique-t-elle en marchant jusqu’à sa cheminée : « Vous voyez ? » On voit : des épées et des sortes de harpons exposés en croix. « J’en ai d’autres ! »

Plus craintive, une de ses voisines confirme qu’il y a plus de jeunes qu’avant le soir dans la rue : « Avant, on pouvait sortir les chaises sur le trottoir le soir, c’est un quartier chaleureux. »

Plus près de la maison des Godefroy, un couple raconte : « On a eu de petits problèmes quand on est arrivé : notre voiture et d’autres ont brûlé. Depuis, il ne se passe rien de particulier même si c’est plus squatté par des jeunes que dans d’autres quartiers. Nous, de toute façon, on fait notre vie et on se mêle pas des problèmes des autres. On a découvert ce que vivait la famille dans les médias. »

On arrive enfin devant la maison voisine de celle des Godefroy, qui serait source de tous les problèmes. Deux jeunes en sortent, deux frères, 19 et 21ans, logés par la fameuse jeune femme. « Vous ne pouvez pas lui parler, elle n’est pas là. » Eux aussi confirment la présence d’une dizaine de jeunes qui squattent, font du bruit, cassent : « Quand on n’est pas là, ils entrent dans la maison. Ils ont cassé les fenêtres, la porte… C’est terrible parce qu’on nous associe à eux. »

Un de leurs amis arrive et ajoute : « C’est des ados mais on n’arrive pas à les raisonner. Il y en a quelques-uns à qui on peut parler et qui sont bien. Mais les autres… Ils sont partis dans un autre système. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s