Un nouveau laboratoire de recherche qui suscite l’émotion… et l’étudie

C’est une nouvelle unité de recherche née de la fusion de plusieurs labos. Le SCA Lab est spécialisé dans les sciences cognitives et affectives pour lever les secrets de la vision, du langage ou des émotions .

538857097_B976061451Z.1_20150714090617_000_GDJ4ONNJ2.4-0

Source : La Voix du Nord

« Comptez le nombre de passes des membres de l’équipe blanche », demande Laurent Sparrow, chercheur en psychologie cognitive. Facile. Treize passes. « Avez-vous vu passer l’ours qui fait du moonwalk ? » Non. Trop occupés que nous étions à surveiller le ballon… Personne n’a vu le plantigrade. Dingue ! Lors de la rediffusion de la vidéo, on ne voit plus que lui, l’homme déguisé en ours qui s’essaie à un pas de danse au milieu de la partie de basket. Il n’a pourtant pas échappé au spécialiste que votre œil a aperçu le fameux ours.

Le SCA Lab est spécialisé dans les sciences cognitives et affectives. Ici, on analyse la vision, on décrypte le langage, on travaille sur les émotions et les croyances. Plusieurs laboratoires de recherche viennent de fusionner pour former cette nouvelle unité dont la force réside dans la mixité de l’équipe. Des enseignants-chercheurs et des praticiens hospitaliers, des psychologues, des psychiatres… Au total, 80 personnes, dont 36 enseignants-chercheurs, forment ce laboratoire expert en comportements humains assez inédit en France. Le SCA Lab s’appuie notamment sur la plateforme EQUIPEX IrDIVE installée à la Plaine Images, à Tourcoing. Une boîte à outils précieuse pour ces scientifiques.

Laurent Sparrow insiste : « Nos recherches doivent permettre de trouver des solutions concrètes. » Le SCA Lab travaille avec des artistes, des associations et des entreprises. Parmi elle, Décathlon. Le groupe cherche en ce moment des idées pour faire faire du sport à ses clients sans même qu’ils s’en rendent compte. Il y a aussi Neotrope, dont les capteurs mesurent le rythme cardiaque et permettent au sujet de gérer ses émotions. Ou encore Signes de sens, qui a développé l’application Muséo +, qui rend accessible le palais des Beaux-Arts de Lille aux enfants autistes grâce à des contenus clairs et faciles à comprendre. Allez, un dernier exemple, celui de Perceptio Media. En s’appuyant sur les sciences cognitives, le cabinet conseil propose de déterminer le document publicitaire qui sera le plus efficace. Redoutable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s