Malgré un bracelet électronique, un Arrageois mis en examen et écroué pour une série d’agressions sexuelles

bracelet_electronique_haubourdin

Lundi matin, un Arrageois de 52 ans a été interpellé en flagrant délit d’agression sexuelle, à Saint-Nicolas. Depuis le 8 juin, l’individu, placé sous bracelet électronique depuis une condamnation pour viol en 2005, aurait commis cinq agressions sexuelles au total. Il a été mis en examen ce mercredi et écroué.

Source : La Voix du Nord

La brigade de sûreté urbaine du commissariat d’Arras l’avait identifié avec « quasi-certitude », restait à l’interpeller en flagrant délit. Lundi matin, un Arrageois de 52 ans a ainsi été arrêté alors qu’il venait d’agresser sexuellement une femme, rue Jules-Guesde, à Saint-Nicolas.

Samedi déjà, la police l’avait filé pour l’arrêter en cas d’agissements délictueux. En vain. Lundi, le dispositif de filature a été reconduit jusqu’à ce que le suspect gare soudainement son véhicule dans le vieux Saint-Nicolas. « Dix-quinze secondes après, il agressait sexuellement une femme », indique la commissaire N’Gasho, précisant les circonstances de cette interpellation, espérée depuis plusieurs semaines par les forces de l’ordre.

Agressions fulgurantes

Le mode opératoire était souvent le même. Profitant de ses horaires de sortie dans le cadre de son placement sous surveillance électronique mobile suite à une condamnation pour viol, il prenait alors le volant et vadrouillait à la recherche de victimes. Une fois sa cible repérée, il la suivait puis agissait de manière « fulgurante », analyse le vice-procureur de la République, M. Arlaux. C’est ainsi qu’il aurait agressé sexuellement quatre autres femmes à Arras, rues Victor-Leroy, Bocquet-Flochel, Alexandre-Georges et Georges-Clémenceau. Un rayon d’action assez large où l’on constate que le secteur d’Arras sud est le plus concerné.

« Souvent, il touchait la poitrine de ses victimes », constate la commissaire. Des femmes d’âge variable puisque les victimes identifiées sont âgées de 27, 45, 46 et 49 ans. Quant à la dernière victime de lundi matin, elle n’a pu être identifiée. Prise de panique, elle a en effet pris la fuite si bien que la police n’a pu l’interroger.

Après quarante-huit heures de garde à vue, le suspect a été présenté ce mercredi à un juge d’instruction en vue d’une mise en examen.

Le parquet a en effet ouvert une information judiciaire pour agressions sexuelles en récidive et demandé le placement en détention provisoire de l’individu, conduit dans la foulée devant le juge des libertés et de la détention. Il a finalement été incarcéré. L’enquête va désormais se poursuivre sous la direction d’un juge d’instruction.

Qui est le suspect ?

Le suspect, un Arrageois âgé de 52 ans, en concubinage et ayant eu des enfants d’au moins une union précédente, est déjà connu de la justice pour des faits en lien avec les agressions sexuelles.

En effet, il avait déjà été condamné pour viol en 2005 par la cour d’assises. Dans le cadre de son aménagement de peine, il était placé sous surveillance électronique via un bracelet.

Le vice-procureur a sans surprise requis le placement en détention provisoire de l’agresseur présumé. « C’est quand même quelqu’un qui continuait de commettre des faits malgré le placement sous surveillance électronique mobile », justifiait le vice-procureur Jean-Pascal Arlaux.

La première plainte recensée remonte au 8 juin. Selon nos informations, cette date coïnciderait avec l’élargissement des horaires de sortie prévus par le placement sous surveillance électronique mobile. Ce type de surveillance impose à un individu suivi par la justice d’être à un endroit (chez lui, le plus souvent) à des créneaux horaires précis, mais l’autorise aussi à pouvoir sortir également à des moments précis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s