Terminal méthanier de Loon-Plage : des Roumains à 300€ par mois pour plus de 50 heures par semaine ?

1006085906_B976097930Z.1_20150718171811_000_G874SM8RT.1-0.jpg

Vingt-cinq fonctionnaires de la PAF, des URSSAF et de la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) étaient à Loon-Plage fin juin pour se pencher sur le cas des travailleurs détachés. Le dossier en cours est évidemment secret, mais les enquêteurs ont eu l’attention attirée par les salaires et horaires des travailleurs roumains…

Source : La Voix du Nord

1. De quoi s’agit-il ?

Dans sa lutte contre le travail détaché illégal, le ministère du Travail a décidé de frapper fort. Cinq cents grands chantiers ont été ciblés pour 2015. À Loon-Plage, le terminal méthanier, deuxième plus grand chantier actuellement mené en France et véritable tour de Babel de l’emploi, en fait évidemment partie. En juin, une forte suspicion d’infraction au code du travail a déclenché une enquête, coordonnée par le parquet de Dunkerque. Quinze fonctionnaires de la PAF, trois des URSSAF et six de la Direccte, spécialisés dans le contrôle du travail illégal, ont alors investi le site. Parallèllement, l’enquête pénale a été menée par la police. Personne n’a perdu son temps…

2. Qu’ont-ils contrôlé ?

Ces gens-là travaillent dans le plus secret, mais on a appris, après leur passage, qu’il s’agissait d’une « grosse enquête », qui pourrait faire du bruit lorsque les conclusions tomberont. Dans leur mission, les inspecteurs ont accès à tous les documents administratifs. L’objectif est de les recouper pour relever d’éventuelles « anomalies ou incohérences », raconte un témoin. Sur le chantier où un autre témoin nous assure que « les travailleurs de différentes nationalités commencent à comparer leurs conditions », les enquêteurs ont vite été orientés vers des Roumains, employés par une entreprise italienne. La sous-traitance pourrait s’opérer en cascade…

3. Entre 50 et 60 heures par semaine ?

Selon nos informations, les contrôleurs n’ont rien trouvé d’anormal dans les pointages officiels sur le temps de travail. Mais ils auraient découvert de gros écarts entre ces pointages et les badgages d’entrée et de sortie des Roumains. Il ne serait pas rare qu’ils effectuent entre 50 et 60 heures par semaine ! Les documents épluchés par l’inspection du travail d’un côté, et les auditions menées par la police de l’autre laisseraient apparaître de graves infractions.

4. Un salaire de 300 euros par mois ?

Les conditions du travailleur détaché dépendant des règles en vigueur du pays dans lequel il travaille, il doit toucher le SMIC. Là encore, sur la base des documents, les Roumains semblent dans les clous. Le « hic » est ailleurs. Leur employeur pratiquerait des retenues sur traitements plus que douteuses, et très inégales d’un salarié à l’autre. Des frais de déplacement, d’hébergement et de repas seraient déduits quand la règle, dans le bâtiment, est plutôt de les prendre en charge. Les inspecteurs auraient découvert, toutes déductions faites, des salaires d’à peine 300 euros par mois pour plus de 55 heures heddomadaires.

La loi du silence, forcément…

Dans le camping d’Oye-Plage ou dans l’immeuble de Dunkerque où ils vivent depuis des mois, les travailleurs roumains ont décliné notre invitation à l’échange. Travaillent-ils trop sur le chantier ? Sont-ils sous-payés ? Doivent-ils effectivement rembourser leur employeur de tous leurs frais ?

Les questions les embarrassent tellement qu’ils ne veulent même pas témoigner sous le sceau de l’anonymat. « La loi du silence règne car ils ont peur des conséquences », ose quand même un proche, qui les a aidés à s’intégrer. « Ils sont arrivés remplis d’illusions. Mais quand ils s’aperçoivent que les travailleurs d’autres nationalités bénéficient de conditions de travail plus avantageuses, ils déchantent. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s