COMPTE RENDU DU CAFÉ LITTérAIRE DU 6 JUIN 2015

Par le Professeur Jones

Un menu éclectique pour ce café littéraire avec au programme : un grand classique de la littérature Française signé Pagnol, une enquête sur l’exploitation de la souffrance juive au lendemain de la seconde guerre mondiale, le journal d’un ancien légionnaire et un essai sociologique sur l’origine du pouvoir de fascination des stars.

XY240

De : Marcel Pagnol

Edition de Fallois

252 pages

Irénée travaille dans une épicerie à Eoures dans les Bouches-du-Rhône. Câest un brave garçon, un peu naïf, qui rêve de faire du cinéma. Il n’en finit pas d’attendre un signe du destin, coincé dans la boutique de son oncle Baptiste, qui a pris en charge son éducation et l’a élevé avec sa femme Clarisse tout comme Casimir, le frère d’ Irénée. Et voilà que la chance lui sourit enfin : Un jour, Irénée tombe sur une équipe de cinéma qui commence des repérages dans la région. Irénée saute sur l’occasion et leur fait découvrir le pays, en quête des lieux de tournage. Tout se déroule comme dans un rêve : les techniciens semblent l’avoir adopté et il fait la connaissance du réalisateur Astruc et d’une fameuse directrice de casting, Françoise. Cette équipe de tournage lui propose le rôle du Schpountz. Le Schpountz n’est pas un idiot, il raisonne parfaitement sur toutes choses, il vit comme tout le monde, il a même du bon sens – sauf en ce qui concerne le cinéma et une fois qu’il se met dans la tête qu’il ressemble à un grand acteur, il le croira toute sa vie. Irénée ignore cette définition et accepte donc de signer un contrat bidon. Il se rend aux studios, à Paris, plein d’espoir. Malheureusement, on propose à Irénée de jouer un petit rôle où il doit réciter un texte incohérent.

« Quand on fait rire sur la scène ou sur l’écran, on ne s’abaisse pas, bien au contraire. Faire rire ceux qui rentrent des champs, avec leurs grandes mains tellement dures qu’ils ne peuvent plus les fermer, ceux qui sortent des bureaux avec leurs petites poitrines qui ne savent plus le goût de l’air, ceux qui reviennent de l’usine, la tête basse, les ongles cassés, avec de l’huile noire dans les coupures de leurs doigts .

Faire rire tous ceux qui mourront, faire rire tous ceux qui ont perdu leur mère, ou qui la perdront. Le rire n’est pas une espèce de convulsion absurde et vulgaire mais une chose humaine que Dieu a peut-être donnée aux hommes pour les consoler d’êtres intelligents. »

Marcel Pagnol

arton7920-13dbe

De : Norman G. Finkelstein

Edition : La Fabrique

157 pages – 12 euros

Norman Finkelstein

Norman Finkelstein a passé sa thèse de doctorat à Princeton sur la théorie du sionisme. Il est l’auteur de trois autres livres, Image and Reality of the Israël-Palestine Conflict; The Rise and Fall of Palestine, et A Nation on Trial, traduit en français en 1999 (L’Allemagne en Procès, la thèse de Goldhagen et la vérité historique). Il enseigne actuellement à la City University de New York.

L’Industrie de l’Holocauste est le livre d’un homme en colère. Son père et sa mère ont subi l’épreuve des camps nazis. J’attache, dit-il, de l’importance à la mémoire des persécutions de ma famille. La campagne de l’industrie de l’Holocauste pour extorquer de l’argent à l’Europe au nom de victimes de l’Holocauste dans le besoin réduit le statut moral de leur martyr à celui du casino de Monte Carlo. […] Il n’est que temps d’ouvrir nos cœurs à la souffrance du reste de l’humanité. […] L’industrie de l’Holocauste a toujours été en état de faillite morale, et cette faillite doit maintenant être publiquement déclarée. L’attitude la plus respectueuse envers ceux qui sont morts est de protéger leur mémoire, de tirer enseignement de leur souffrance et de les laisser enfin reposer en paix.

legion

De : Laurent Boucher

Editions : Kontre Kulture

306 pages – 15 euros

Laurent Boucher

Laurent Boucher est né en France en 1965. À 18 ans, il quitte ses études de droit pour intégrer la Légion. Tour à tour plongeur, parachutiste, moniteur commando, il restera quinze ans à parcourir la planète, entre camps d’entraînements et campagnes militaires.

Avec un sens inné du récit et une pointe d’autodérision, il nous livre ici des tranches de vie souvent drôles, parfois tragiques, mais toujours racontées avec humanité, du quotidien de ces hommes venus de tous les horizons pour se mettre au service de la France.

XY240-2

De : Edgar Morin

Editions : Seuil

188 pages – 5 euros

Edgar Morin

Directeur émérite au CNRS, Edgar Morin est docteur honoris causa de plusieurs universités à travers le monde. Il est l’un des penseurs majeurs de notre temps. Son œuvre, abondante, connaît un rayonnement international. Son travail exerce une forte influence sur la réflexion contemporaine, notamment dans le monde méditerranéen, en Amérique latine, et jusqu’en Chine, en Corée et au Japon.. La Méthode (six volumes au total), son œuvre majeure, affronte la difficulté de penser la complexité du réel.

Comment, dans quelles conditions, pourquoi sont apparus ces êtres fabuleux que nous nommons  » stars  » ? Ce sont des marchandises et ce sont des idoles. Elles sont divines et elles sont mortelles. Que nous disent-elles sur notre civilisation ? notre société ? notre temps ? Que nous disent-elles sur nous-mêmes ? Le phénomène des stars est ici étudié dans ses dimensions économiques, sociales, culturelles, esthétiques, et aussi mythiques. Le  » star system  » qui a fait la gloire d’Hollywood est mort.

En effet, le pouvoir d’attraction de la star, à savoir sa capacité à cristalliser l’attention et à susciter l’adoration, au détriment de tout esprit critique,  s’est déplacé vers l’idéologie.

Aujourd’hui les stars sont ambassadrices à l’ONU ou à l’UNICEF, sont marraines d’organisations caritatives et gagnent mêmes des élections (Ronald Reagan, Arnold Schwartzeneger). Serait-ce pour obtenir en douce notre consentement ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s