Faumont : plus de 17 000 euros de taxe foncière pour un terrain d’un hectare et demi !


Les impôts réclament 17
000
€ à Thérèse pour son terrain, rue du Boujon.
En un an, son impôt a été multiplié par 131 ! Thérèse Ghyselen n’est pas la seule victime de la nouvelle taxe additionnelle sur les terrains non bâtis, votée en 2011 par la commune de Faumont. D’autres propriétaires et l’actuelle municipalité font les frais de la délibération rédigée il y a quatre ans par l’ancien maire.

En ouvrant il y a quelques jours l’enveloppe contenant son avis d’imposition, Thérèse Ghyselen a reçu « un coup de massue » : cette année, sa taxe foncière s’élève à… 17 609 €. Une somme abstraite pour cette dame de 85 ans, qui vit avec un petit 700 € de retraite par mois. « Quand elle m’a donné la feuille, je me suis dit qu’il y avait quelque chose d’anormal », confirme Danièle, sa fille. Tellement bizarre que personne n’a voulu les croire, pas même le service des impôts : « Ils ont d’abord pensé qu’on avait lu de travers. Puis ils ont vérifié et nous ont dit que c’était comme ça, qu’il fallait payer. »

La frêle octogénaire est encore sous le choc : « Tous les ans, je paie ma taxe . Mais là, je ne peux pas ! 17 000 € : il faut gagner combien par mois pour payer ça ? »

Car Thérèse n’a pas vraiment le profil d’une riche propriétaire terrienne. La vieille dame est l’usufruitière d’un champ d’1,6 hectares sis rue du Boujon. Du bien de famille, que son mari s’est toujours refusé à vendre, parce qu’il voulait « se garder une poire pour la soif », explique Danièle. Jusqu’à présent, ce petit patrimoine ne coûtait pas plus d’une centaine d’euros par an à Thérèse.

Si de 134 € en 2014, la taxe foncière a été multipliée par 131 cette année, c’est qu’une taxe additionnelle, votée en 2011 par la commune, a été appliquée sur certains terrains non bâtis situés en zone constructible (lire ci-dessous). Le problème, c’est que la plupart des propriétaires concernés ne la découvrent que maintenant, soit quatre ans après sa mise en place, la commune ayant négligé de les avertir. « C’est trop brutal ! Il aurait fallu prévenir les gens avant ! », s’indigne Thérèse.

(…)

Les propriétaires de terrains non bâtis situés en zone constructible sont donc redevables à compter de 2014 d’une taxe supplémentaire, assortie éventuellement d’une majoration communale : une incitation à vendre pour ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas payer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s