Comment Estrosi et Bertrand entendent consulter la gauche après son retrait

seance_pleniere_2012-06-13_13-44-5_413
La situation est inédite. Le Front national étant arrivé largement en tête au premier tour des régionales dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie et en Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca), les candidats socialistes Pierre de Saintignon et Christophe Castaner ont tous deux accepté de se retirer au nom du «barrage républicain» imposé par Solférino. Une décision qui a permis à Xavier Bertrand et Christian Estrosi de l’emporter aisément au second tour, mais qui ne restera pas sans conséquence: elle a scellé l’absence totale de la gauche dans ces deux conseils régionaux pour les six prochaines années.
Source : Le Figaro

Le député-maire de Saint-Quentin (Aisne) et homologue niçois se sont, chacun à leur manière, engagés à permettre à leurs adversaires d’exister en leur donnant la parole régulièrement. Au travers d’une vaste consultation trimestrielle pour le premier, contre une «conférence régionale» dont le calendrier sera calqué sur celui des séances plénières de l’assemblée pour le second. «Ce sera cela, la véritable démocratie. Le second tour ne la reflétait pas tellement à nos yeux…», déplore auprès du Scan un très proche du nouveau président de la région Paca, haut placé dans l’exécutif local.

(…)

Dans le Nord, on évoque une assemblée qui «ne sera pas institutionnelle». «D’abord, nous réunirons tous les trois mois l’ensemble des parlementaires et les maires des grandes communes de la région – ce qui offrira soit dit en passant une surreprésentation à la gauche. Ensuite, le président ou un(e) vice-président(e) recevra, avant les plénières, les têtes de liste qui le demandent pour évoquer les grands sujets. Enfin, nous allons mettre en place, comme le veut la loi, la conférence métropolitaine du territoire dès le premier trimestre», détaille au Scan Gérald Darmanin.

Les deux initiatives, si elles se sont faites en accord avec certaines forces locales de gauche, semblent toutefois laisser quelques barons locaux «dubitatifs». «Ce qu’ils racontent n’a aucun sens: ça existe déjà, ça s’appelle le Conseil économique social et environnemental régional», s’agace au Scan un cadre socialiste de Paca. «Je pense que ça n’est pas la peine de faire une usine à gaz, nous n’avons pas besoin d’être 200 quatre fois par an. Il suffirait de réunir le président de région et une dizaine de socialistes avant les sessions», plaide-t-on. De son côté, la droite prévient d’ores et déjà: «Nous ne retiendrons que les propositions qui nous intéressent».

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s