Bouvines : le son et lumière des 800 ans de la bataille ressuscite en 2016 !

150595_large

En 2014, 6000 privilégiés ont pu assister au Son et Lumière donné à l’occasion du 800e anniversaire de la bataille de Bouvines, à travers le son et lumière intitulé “Bouvines la bataille”.

Les 30 Juin, 1er, 2 et 3 Juillet 2016, le spectacle est reprogrammé, allant du mariage de Jeanne de Flandre, en 1211, aux festivités qui marquèrent la victoire.

Gradins pleins, liste d’attente longue comme un jour sans pain : en 2014, le succès de Bouvines, la bataille a été tel qu’il aurait été dommage de laisser les spectateurs sur le flanc. Mais voilà, Bouvines 2014, l’association qui avait porté le jubilé de la victoire de Philippe Auguste, a disparu avec 2015. Une nouvelle structure a été créée, Bouvines, l’aventure continue, qui a pris ses distances avec les commémorations. Mais repris le flambeau du son et lumière. « Nous avons modifié 30 à 40 % des tableaux de 2014 et simplifié l’histoire. Nous avons pris le parti de travailler plus le jeu des acteurs », annonce Christian Dumortier, le président et producteur du premier spectacle.

Source : La Voix du Nord

Mais pas question de changer la formule gagnante : « Comme la première fois, toute l’aventure repose sur des bénévoles, 180 environ dont plus de la moitié n’étaient pas là en 2014, répartis entre les comédiens et l’organisation », insiste celui qui est aussi adjoint aux fêtes à Bouvines.

Aux commandes, une nouvelle « metteur en scène », Manuela, son épouse. Simple coïncidence : « Je ne m’étais pas du tout occupée du spectacle précédent », reconnaît la secrétaire de la mairie de Bouvines. Les bénévoles, pressés de remonter sur scène, lui ont rappelé ses faits d’armes au théâtre de la Plaine, une association qu’elle présidait dans la décennie précédente. Elle a accepté à une condition : y imprimer sa patte.

Parmi ses nouveautés, de nouveaux tableaux, dont un, somptueux : le mariage de Jeanne de Flandre avec Ferrand du Portugal. Quatre-vingts comédiens en costume d’apparat. Et plus d’enfants dans tous les tableaux : « Ils travaillent aussi le spectacle au sein des NAP », confie Manuela Dumortier. C’est d’ailleurs l’animateur de ces ateliers, Killian, qui reprend le rôle principal de Philippe Auguste. Tandis que d’autres demeurent, comme ceux qui jouent Otton ou Ferrand. « C’est toujours Alain Streck qui écrit la pièce, en remaniant son texte », remarque le couple.

Dans les coulisses, les petites mains ont repris du service : « Tous les jeudis, les couturières se réunissent à l’UFCV de Bouvines. Un particulier a prêté son terrain et nous y avons fait installer des bungalows pour l’atelier décors », confie Christian Dumortier. Le spectacle repose d’abord sur les bonnes volontés. « Tressin a prêté une salle pour les répétitions de combats, Péronne-en-Mélantois pour la danse ». Tous les vendredis depuis octobre, les comédiens répètent. Coût total du spectacle : 200 000 €

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s