Tous les articles par erlille

Conférence : De quoi mai 68 est-il le nom ?

mai 68 entete

Samedi 28 avril 2018 – Discussion/débat entre Robert Steuckers et Jean-Michel Vernochet.

A l’occasion du cinquantenaire de mai 68, l’équipe d’ER Lille vous invite à une discussion/débat entre Robert Steuckers et Jean-Michel Vernochet, dans le cadre d’un enregistrement public de son Libre Journal, afin de répondre à cette question, plus complexe qu’il n’y paraît : « De quoi mai 68 est-il le nom ? »

Réservations : reservation.erlille@outlook.fr

affiche mai 68

Publicités

Le mythe sanglant de la révolution bolchevique en vidéo.

A l’occasion du centenaire de la révolution d’octobre, l’équipe d’ER Lille organisait le samedi 28 octobre 2017 un colloque sur « le mythe sanglant de la révolution bolchevique ».

Nous vous proposons aujourd’hui en vidéo les interventions de Jean-Michel Vernochet, Pierre Hillard et Youssef Hindi, après une introduction extraite du documentaire de notre invité surprise, Hervé Ryssen

Bourrage de crâne : la LICRA s’occupe de nos enfants

8820_1er_debat_Principal

Nous apprenons sur le site de la ville de Roncq, près de Lille,  qu’une centaine d’élèves participait hier à une rencontre avec la LICRA, représentée par Jacques Dubois et Noël Flageul, dans le cadre d’un partenariat avec l’Education Nationale et la circonscription Tourcoing/Roncq. Le projet « Fraternités » vise  apparemment à leur inculquer dès le plus jeune âge le respect des sacrosaints Commandements républicains, à savoir la lutte contre les stéréotypes « dénués de sens et éloignés de toute tolérance », contre les « fake news », « toutes les formes de harcèlement ou de complotisme » et, last but not least, contre l’antisémitisme…

D’après le site de la LICRA « en 2015, plus de 28 000 jeunes ont rencontré un animateur de la Licra. Ces quelques 1 100 interventions touchent en priorité le cycle du collège et du lycée. »

La propagande s’intensifie. Ad nauseam…

Sources :

https://www.roncq.fr/

http://www.licra.org

« Comment naissent et se propagent les théories du complot ? »

Le mardi 14 novembre à Sciences Po Lille, Thomas Huchon et Rudy Reichstadt étaient invités à participer à une conférence organisée par l’École Supérieure de Journalisme de Lille et intitulée « Comment naissent et se propagent les théories du complot ? ».

Profitant de cette tribune, les 2 compères se sont défoulés sur ce que la plupart de leurs confrères journalistes qualifient paresseusement de complosphère. Vous retrouverez dans la vidéo ci-dessous la quasi-intégralité des délicieux propos tenus à cette occasion et que ceux qui n’entendent plus docilement gober la bouillie mitonnée par les médias aux ordres dégusteront néanmoins avec gourmandise.

En guise d’amuse-gueule, nous retranscrivons ci-dessous un extrait de la lumineuse logorrhée produite par Rudy Reichstadt à l’encontre du président d’Égalité et Réconciliation, Alain Soral :

Rudy Reichstadt (à 14min:19s ou 15min:21s) : « Et il (Alain Soral) a sa propre maison d’édition, qui s’appelle Kontre Kulture, avec 2 K, qui propose les classiques de la littérature antisémite ; il a réédité « Mein Kampf » l’année dernière, « La France Juive » d’Édouard Drumont, et tout un tas de livres, le plus souvent marqués au coin du complotisme, et du complotisme antisémite. C’est quelqu’un, Alain Soral, qui se dit, il le déclare lui-même et à plusieurs reprises, comme national-socialiste. Qu’est-ce que ça veut dire, en France, en 2013, puisque c’est là qu’il a commencé à le dire, quelqu’un qui se revendique du national-socialisme, je veux dire, c’est … c’est du nazisme sans nazisme, si vous voulez, c’est du nazisme … … du nazisme sans la … le monopole de la violence légitime, vous voyez ? C’est du nazisme sans l’état qui va avec, c’est-à-dire la police, l’armée, la … la SS. Mais ces gens-là arriveraient au pouvoir, on ne sait pas exactement ce qu’ils … ce qu’ils … ce qu’ils nous réserveraient. Bref, je ferme la parenthèse pour vous dire que, en termes de … d’influence, c’est absolument considérable, c’est donc très inquiétant ».

Des propos dont le caractère diffamatoire peut légitimement interpeller et qui, si notre société ne s’était à ce point égarée dans une amoralité généralisée, ne resteraient gratuits que le temps nécessaire à une justice indépendante (pardon pour l’oxymore) pour les condamner.

Nous vous proposons un florilège des meilleurs moments de cette conférence :

Et l’intégrale pour les plus gourmands …